La démarche jungienne, c’est quoi ?




"Etre Jungien c'est expérimenter par soi-même"



La psychologie analytique jungienne, introduite par C. Gustave Jung qui a travaillé d’abord sur lui même, est liée à la psychanalyse par le fait qu' elle se fonde sur l’existence d’un inconscient, mais pas uniquement l’inconscient personnel freudien. A cet inconscient individuel, Jung a ajouté la sphère de l’inconscient collectif, socle commun à tous et régi par des images constantes.

Dans l’approche analytique jungienne, les symptômes, les troubles désagréables, parfois la maladie traduisent une désunion active à l’intérieur de la personne ; désunion appelée aussi névrose,  qu’il s’agira de traiter principalement par l’analyse des rêves. Car le rêve peut considérablement éclairer la situation des personnes en souffrance ou en difficulté, voire dans certain cas, favoriser le processus de guérison.

La méthode analytique jungienne n’est pas centrée comme dans la psychanalyse freudienne sur la sexualité infantile, mais pour autant elle ne l’exclut pas. Le thérapeute jungien porte davantage son attention sur la totalité de la personnalité, et en particulier sur celle qui se trouve entrain de devenir. L’approche jungienne prend aussi et surtout en considération le problème des facteurs irrationnels de la personnalité humaine et l’action créatrice et progressive des forces spirituelles.       

La démarche jungienne consiste à analyser pas à pas la partie de la personnalité qui n’a pas encore existé ou qui est restée faible : cette mise en lumière s’avère salutaire car elle peut mettre en route un processus de transformation capable de briser par exemple la spirale redoutable des répétitions, de traiter certaines conduites de dépendance, les troubles obsessionnels désagréables et tout mal-être en général.  

Enfin, par le caractère particulier de la relation analytique et la qualité d’être du thérapeute relié à la psyché humaine dans son entier,  les forces d’autoguérison des patients se trouvent grandement aidées et favorisées. 



Qui suis-je ? 



Lapisis est le nom de l’association que j’ai créée en 2004 sur Marseille où j’exerce comme psychologue. Sur ce blog j’essaie de développer une réflexion globale et personnelle, parfois en lien avec l’actualité, à partir des écrits de Jung, en particulier ceux qu’il a publiés dans son œuvre phare, Métamorphoses de l’âme et ses symboles. En raison de la place majeure qu'occupe cet écrit dans la genèse de la psychologie analytique.

J’y publie également des textes de présentation et d’explication touchant à mes trois domaines de recherches qui sont les situations de dépendance, le travail du féminin, et la voie du bien vieillir.     

                                                      Isabelle Basirico


                 

retour à l'accueil